Raccommoder la planète

Parmi les petits plaisirs qui sont les miens, il y a… tadaaam : l’entretien de mon linge. Oui, messieurs-dames, il y a du bonheur à prendre soin de ses habits. Chaque mercredi et chaque dimanche, je prends le tas de linge qui s’est accumulé et je me lance : repassage, pliage et rangement.

Il y aurait à dire, ne serait-ce que sur ces trois aspects là. Ce qui fut une galère dans un temps lointain s’est transformé chez moi en plaisir grâce à un tout petit bouquin pas cher. Mais ce que je veux partager avec vous aujourd’hui est un plaisir bonus : celui du raccommodage.

Dans mon petit rituel bihebdomadaire, j’inclus entre le repassage et le pliage une petite étape d’inspection de mes habits. Régulièrement, je découvre un trou ou un bouton qui montre des signes de fatigue. C’est alors que j’empoigne fil, aiguille et ciseaux.

« Et ça vaut un billet ? vous demanderez-vous peut-être. Il va vraiment nous parler couture, là ? »

Et oui. Raccommoder est passé, en deux générations, d’un réflexe évident à un geste quasi absurde. Du coup, ça vaut la peine d’en parler. D’abord, parce que c’est un geste de lutte contre la surconsommation. Ensuite, parce que c’est un geste simple. Enfin, parce que c’est un geste sympa, agréable à réaliser et qui procure une satisfaction immédiate. Que demande le peuple ?

Le premier item est évident : réparer plutôt que de jeter, ça réduit évidemment la consommation. Quand vous raccommodez un habit, vous raccommodez votre porte-monnaie par la même occasion. Et vous raccommodez également la planète, qui croule sous le poids de nos déchets. On critique souvent (avec raison) l’obsolescence programmée, mais il existe aussi une obsolescence d’usage : celle de l’objet qu’on décide de jeter alors qu’il pourrait encore durer. Résistons aussi contre cette obsolescence-là, puisqu’elle est de notre fait !

Le deuxième item peut paraître moins évident : « Je ne sais pas coudre ! », me direz-vous. Et bien figurez-vous que moi non plus. Mais franchement, raccommoder un trou ou recoudre un bouton, ce n’est pas difficile à apprendre. Trouvez quelqu’un qui l’a déjà fait : en cinq minutes vous aurez compris le principe.

Le troisième item peut laisser dubitatif : « c’est sympa, de coudre ? Ah bon. » Et bien oui, c’est sympa. C’est un temps calme, presque méditatif, un moment de ralenti dans la course de la journée. Et puis vous voyez sous vos yeux, immédiatement, le résultat de vos efforts : il y avait un trou, il n’y en a plus. Vous ne pouviez plus porter cet habit, vous le pouvez à nouveau. En quelques minutes, vous avez économisé l’achat d’un nouveau t-shirt ou d’une nouvelle paire de chaussettes. Bref, c’est chouette.

Alors… vous vous y mettez ? Bienvenu dans le monde merveilleux des raccommodeurs !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.