Fêter ses 40 balais avec Rimbaud, Brel et Joey Starr

40 ans, ça y est. Deux événements sont en rapport avec le 7 octobre qui m’a vu naître. Deux événements qui ont à voir avec la littérature et la poésie. Deux événements que je partage ici avec vous, juste pour le plaisir.

Le premier est un poème d’Arthur Rimbaud. Je lis en ce moment sa poésie, le soir, à voix haute comme j’aime, pour préparer mon repos. C’est ainsi que j’ai pu découvrir à quelques jours de mon anniversaire un poème écrit le 7 octobre 1870. J’ai trouvé amusant d’imaginer le jeune Rimbaud confortablement installé dans un wagon, rédigeant ces quelques vers très exactement 108 ans avant ma naissance. Alors j’ai entrepris de les apprendre par cœur, d’autant que je l’aime bien, ce poème (la chute n’est-elle pas superbe ?). Il s’appelle…

Rêvé Pour l’hiver.

L’hiver, nous irons dans un petit wagon rose
Avec des coussins bleus.
Nous serons bien. Un nid de baisers fous repose
Dans chaque coin moelleux.

Tu fermeras l’œil, pour ne point voir, par la glace,
Grimacer les ombres des soirs,
Ces monstruosités hargneuses, populace
De démons noirs et de loups noirs.

Puis tu te sentiras la joue égratignée…
Un petit baiser, comme une folle araignée,
Te courra par le cou…

Et tu me diras : «Cherche!», en inclinant la tête,
– Et nous prendrons du temps, à trouver cette bête
– Qui voyage beaucoup…

Arthur Rimbaud – En wagon, le 7 octobre 70

Le deuxième événement, c’est le grand Jacques. 40 ans lui aussi, cette semaine. Il est mort le 9 octobre 1978 : deux jours après mon premier souffle, Brel expirait le dernier. Ma grand-mère, émue, avait demandé à mes parents de me faire porter le prénom du chanteur Belge et c’est ainsi que je fus affublé de Jacques en deuxième prénom. J’ai depuis renié cet héritage : je ne me sens pas appelé à assurer la pérennité d’un mort ni à porter la charge spirituelle qui va avec. Cela étant les dates n’en coïncident pas moins, et le quarantenaire de ma naissance allant de paire avec celui de sa mort m’a remis en mémoire une vidéo – splendide du point de vue esthétique – d’un autre chanteur bien connu : Joey Starr.

Le rapport entre Jacques Brel et Joey Starr ? Et bien vous me le donnerez, si vous le trouvez. Moi il m’a sauté aux yeux, et je parierais ma chemise qu’il a été fait exprès. Voilà, c’est cadeau :

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.