Vaincre les idoles cachées

« Les Israélites avaient fait en secret contre le Seigneur, leur Dieu, des choses qu’on ne doit pas faire. Ils s’étaient bâti des hauts lieux dans toutes leurs villes, depuis les tours des gardes jusqu’aux villes fortes. Ils s’étaient fait des pierres levées et des poteaux cultuels (des ashéras) sur toute colline élevée et sous tout arbre verdoyant. Et là, ils avaient offert de l’encens dans tous les hauts lieux, comme les nations que le Seigneur avait exilées devant eux […] Aussi le Seigneur, en grande colère contre Israël, les a-t-il écartés de sa vue. Il n’est resté que la tribu de Juda ; et même Juda n’a pas observé les commandements du Seigneur, son Dieu. » 2 Rois 17.9-19.

C’est donc « en secret » que les Israélites s’étaient bâti des hauts lieux, qu’ils s’étaient fait des pierres levées et des poteaux cultuels sur toutes les collines. Étonnant, n’est-ce pas ? En secret de qui, si c’était à la vue de tous ?

Je suggère : en secret d’eux-mêmes. Combien de compromis en effet, cachés à nos propres yeux, faisons-nous avec l’ennemi dans nos vies ? Combien de négociations, combien de « hauts lieux » et de « poteaux cultuels » érigés à nouveau, combien d’encens offerts aux dieux qu’adorent nos contemporains et qui sont autant de sacrifices aux idoles, le plus souvent pieusement justifiés ou encore cachés à notre propre regard par un aveuglement coupable ? Et si le secret, donc, était avant tout envers nous-mêmes ? Car oui, nous sommes habiles à nous cacher à nous même notre propre idolâtrie.

Christ vient en premier lieu balayer, faire le ménage, faire place nette dans nos vies. Il ne vient pas pour cohabiter avec nos idoles. Il vient s’installer dans une demeure confortable, un lieu saint mis à part par lui et pour lui. Si notre corps est le temple du Saint-Esprit, alors il ne peut y régner un capharnaüm où se côtoient toutes les idoles du moment et au milieu desquelles Jésus va devoir se faire une place. Non. Les idoles vont être abattues et sorties une à une, sans concession. C’est ce qui se passe lorsqu’un bon roi arrive à la tête d’Israël et nous, chrétiens, avons le meilleur des rois.

Encore faut-il que nous reconnaissions sa royauté. Pas seulement de nos lèvres. Que nous la reconnaissions vraiment, dans tous et chacun des aspects de notre vie. Cela ne peut passer que par une génuflexion quotidienne devant notre Seigneur. Dans cette humble position, nous lui soumettons notre vie. Alors, arrive quelque chose d’étonnant : ce n’est pas nous qui lui révélons notre péché, mais bien lui qui nous le révèle à nous. Ce qui est caché à nos yeux, il le met en lumière et nous permet ainsi de nous en repentir. C’est de cette manière que toute pierre levée, tout poteau cultuel à nouveau érigé se trouve abattu. Chaque jour, si nécessaire.

1 Rétrolien / Ping

  1. Foireux liens de juillet-août(22) : « mission/démission , « réformer/déformer  | «PEP'S CAFE !

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*