Battre le pavé tant qu’il est froid

Le foyer Albert Thomas ne doit pas fermer : ça caille ! #Tours Cliquez pour tweeter

Voilà. Mon fils aîné a fait sa première manif. Son verdict de petit bonhomme de huit ans, après retour à la maison, tient en deux mots : « ça caillait ! »

Sur le coup ça m’a semblé un peu court, mais ça a le mérite d’être un bon résumé. Deux heures dans le froid à se geler, ça donne effectivement un bon aperçu de la raison pour laquelle le foyer Albert Thomas ne doit pas fermer : ça caille. Et on ne le répètera jamais assez, il y a plus de gens dehors que de places dedans. Alors 36 places au chaud, il ne faut pas les lâcher comme ça.

Ce matin, une centaine de personnes se sont réunies devant le Foyer avant de se diriger vers la Mairie et la préfecture. « Al-bert Tho-mas, ne ferm’ra pas ! » : slogan simple et clair que mon fiston a chanté à sa maman à peine franchie la porte de l’appartement – comme quoi il n’y a pas que le froid qui a marqué son esprit.

Pour le dire franchement j’ignore l’impact que peut avoir cette petite manifestation, parce qu’au fond ce qui a motivé la décision de liquidation judiciaire – et donc la fermeture du foyer – m’apparaît obscur. L’argument financier n’est pas convainquant, et les raisons véritables de cette situation m’ont tout l’air d’être à chercher ailleurs, plus en amont probablement. Pourquoi donc vouloir fermer ce foyer ? S’agit-il même de le fermer ? Je n’en suis même plus tout à fait convaincu.

Je m’interroge vraiment. Et comme toute personne qui s’interroge face à une situation peu claire, je spécule : et si, en fait, tout roulait exactement comme prévu ? Le gymnase, mis en place en sachant très bien que les résidents ne s’y rendraient pas. Les autorités, sachant très bien qu’elles n’iraient pas les déloger du foyer avant le 2 janvier et laissant jouer le jeu de l’occupation. La mairie et la préfecture, sachant très bien qu’une manifestation aurait lieu. Le dénouement, déjà décidé de longue date, peut-être même laissant supposer une victoire de la mobilisation citoyenne parce que visant en réalité une autre finalité que la fermeture du lieu. Un changement de personnel, par exemple. Ou un autre Conseil d’Administration. Ou…

Spéculons, spéculons. Mais finalement, ce qui mobilise ce sont ces 36 gars qui se demandent à quelle sauce ils vont être mangé. Les rassemblements, les manifestations, les assemblées générales quotidiennes sont peut-être simplement pour eux, pour qu’ils sachent qu’il y a tout de même quelques personnes qui s’intéressent à leur sort. S’il ne s’agissait que de cela, cela vaudrait déjà le coup. Se geler les arpions pendant deux heures, mais se les geler avec eux.

« A mains froides, cœur chaud », parait-il.

– Maître, quel est, dans la Loi, le commandement le plus grand ?
Jésus lui répondit :
– Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée. C’est là le commandement le plus grand et le plus important. Et il y en a un second qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Tout ce qu’enseignent la Loi et les prophètes est contenu dans ces deux commandements. – (Matthieu 22.36-40)

_____
Crédit photo : Marc Amouret

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.