Quelle option pour les chrétiens de gauche ?

Le journal « La Croix » nous apprend que le candidat des « Poissons Roses », un mouvement de chrétiens de gauche, a vu sa candidature à la primaire du PS refusée.

Je ne suis pas fan, mais alors pas fan du tout, des partis dits « chrétiens » ; d’abord parce que le mélange du temporel et du spirituel n’a jamais rien donné de bon dans l’histoire, ensuite parce que je trouve pour le moins délicat de s’autoproclamer porte-parole des chrétiens quand on connaît leur diversité, et enfin parce qu’un parti ne saurait de toute façon être chrétien. Les chrétiens, ce sont des gens, pas des institutions en encore moins des appareils politiques. Jésus nous rappelle qu’il faut rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu.

Néanmoins, le fait que le PS n’ait pas su accueillir pour sa primaire le candidat d’un mouvement de chrétiens de gauche me chafouine un peu. Je crains que les réflexions aient été moins nobles que celles qu’on est en droit d’espérer et que le gars qui, sur Twitter, a commenté l’événement de la façon suivante ait malheureusement raison :

C’est un peu l’impression que ça donne, en effet. Ces 5 dernières années, le moins que l’on puisse dire est que je me suis effectivement senti poussé dehors par la gauche. Vous me direz : « qu’à cela ne tienne, passe à droite ! ». Oui, mais alors en fait non, pas mieux, vraiment. Du coup, autant vous dire que pour 2017 j’ai encore du boulot pour aller au bout de mes bonnes résolutions post-trumpiennes.

Moi et mes opinions, on s'est souvent retrouvé dans des niches improbables Cliquez pour tweeter

Notez que j’ai l’habitude. Moi et mes opinions, on s’est souvent retrouvé dans des niches improbables où ne vivaient que quelques énergumènes (il y en a tout de même quelques uns, et comme ils semblent rares ça fait toujours plaisir d’en croiser un de temps en temps). Et finalement, je me dis que cette nage permanente à contre-courant, si elle est souvent fatigante, n’est sans doute pas incohérente avec ma foi. Après tout, Jésus non plus n’a pas semblé très à l’aise avec les hommes de pouvoir de son époque, politiques et religieux confondus. Du coup, zou : à contre-courant. Comme d’hab’.

5 Comments

  1. Hello !

    Merci pour ce partage sur un sujet pas évident du tout ! A noter que « les poissons roses » constituent « un courant »(ou un « banc »), mais pas « un parti ». Mais sinon, effectivement, la légitimité (et la raison d’être) de partis dits « chrétiens » peut se poser pour les raisons que vous évoquez : « d’abord parce que le mélange du temporel et du spirituel n’a jamais rien donné de bon dans l’histoire, ensuite parce que » l’on peut trouver « pour le moins délicat de s’autoproclamer porte-parole des chrétiens quand on connaît leur diversité, et enfin parce qu’un parti ne saurait de toute façon être chrétien. Les chrétiens, ce sont des gens, pas des institutions en encore moins des appareils politiques ». A ce sujet, je recommande la réflexion de Georges Winston qui consacre tout un chapitre au « parti chrétien » comme à l’engagement chrétien en politique dans « L’Eglise avec un grand E ». Ed. Ourania, 2010 (https://www.xl6.com/articles/9782940335527-l-eglise-avec-un-grand-e ).

    Fraternellement et joyeux Noël en et avec le Seigneur Jésus-Christ,
    Pep’s

    • Bonjour Pep’s,

      C’est juste, les Poissons Roses ne constituent pas un parti, il est bon de le rappeler. En dehors du fait d’être au courant de son existence, je ne me suis pas beaucoup penché sur ce courant en réalité ; comme le laissent entrevoir mes (deux) articles politiques, ma réflexion politique est en « redémarrage » et mes articles sont plus des « pensées à voix haute » que de fines analyses. Du coup, un commentaire comme le vôtre est le bienvenu !
      Merci également pour la référence du livre de Georges Winston. Je la garde sous le coude.

      Bien fraternellement,

      Laurent

  2. Bonjour Laurent,

    je vous en prie, c’est avec plaisir. Mais votre réflexion (notamment « politique » – s’agit-il « de la politique » ou « du politique » ? Vaste débat ! Voir à ce sujet la contribution de J. Althusius, un réformé des XVI- XVIIe siècle) en cours a l’intérêt d’exprimer « à voix haute » ce que d’autres n’osent exprimer « tout haut ».
    Ceci dit, je me permets de relever un jeu de mots (involontaire ?) autour du terme « courant », dans votre réponse plus haut : « En dehors du fait d’être au courant de son existence, je ne me suis pas beaucoup penché sur ce courant en réalité… ».
    Un jeu de mot révélateur d’une volonté (bien biblique) de rester… »à contre-courant » ? 😉

    Sur ce, bien à vous et bien fraternellement, avec de joyeuses fêtes de Noël, en et avec Jésus,
    Pep’s

    PS (post-scriptum, je précise): comment fait-on pour s’abonner à votre blogue ? Je vous remercie par avance.

    • Bonjour Pep’s,
      Jeu de mot involontaire effectivement 🙂
      A part ça vous m’avez donné du boulot pour l’après-midi mais c’est maintenant chose faite : vous trouverez un endroit pour vous abonner sur la page d’accueil du blog.
      Je n’ai pas pu le tester, mais en principe ça doit marcher ; il y aura un mail automatique envoyé le 1er lundi de chaque mois avec les 5 derniers articles publiés.
      Fraternellement,
      Laurent

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.